Pour rendre le stockage à base d’ADN commercialement viable, le Département américain de la Défense attribue un contrat de 25 millions dollars